Paradoxe sur le comédien / Diderot 1778

Le vrai au théâtre : « c’est la conformité des actions, des discours, de la figure, de la voix, du mouvement, du geste, avec un modèle idéal imaginé par le poète, et souvent exagéré par le comédien »

Diderot a, toute sa vie, subi la fascination du théâtre. Attentif à la représentation, il pressent l’un des premiers l’importance de la mise en scène en fonction de quoi l’acteur doit régler son interprétation. Diderot admire les comédiens, tout en s’en méfiant ; d’où les affirmations célèbres suivant lesquelles ils sont les moins sensibles des hommes et doivent garder leurs distances par rapport à leur personnage.


« Nous voulons qu’au plus fort des tourments l’homme garde le caractère d’homme, la dignité de son espèce. »


« Il en est du spectacle comme d’une société bien ordonnée, où chacun sacrifie ses droits pour le bien de l’ensemble et du tout. (…) Votre scène des rues est à la scène dramatique comme une horde sauvage à une assemblée d’hommes civilisés. »


« Portez au théâtre votre ton familier, votre expression simple, votre maintien domestique, votre geste naturel, et vous verrez combien vous serez pauvre et faible. »


La suite …….. par ici

© Bruno Bléger


Don`t copy text!